Aikido de Senlis  Index du Forum
Aikido de Senlis  Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

anecdote

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aikido de Senlis Index du Forum -> Culture -> Le Bar
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
david
ROKKYU
ROKKYU

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2008
Messages: 102
Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: Mar 7 Déc - 17:21 (2010)    Sujet du message: anecdote Répondre en citant

Première anecdote

Quand Minoru Mochizuki, un haut-gradé en Judo envoyé par Jigoro Kano pour étudier l’aïkido avec O-Sensei, a ouvert son dojo à Shizuoka, région réputée pour son thé, en 1930, le maître (O-Sensei) fut invité à l’inauguration, accompagné de dix de ces élèves haut-gradés. Après la cérémonie, plusieurs jeunes disciples (tous 5 et 6ème dan) accompagnèrent le maître pour lui montrer une superbe vue panoramique des environs. Ils montèrent vers le plateau de Nippon-Daira, en suivant un chemin (8km jusqu’au sommet) qui traversait les champs de thé.
Le maître, dans ses habits de cérémonie et portant des geta (sandales de bois japonaises), montait si rapidement que tous ses élèves étaient en retard, loin derrière. Ils coupaient à travers les champs de thé les uns après les autres, incapables de le suivre sur le chemin.
Rapidement, les propriétaires accoururent vers les élèves, vociférant et brandissant bâtons et morceaux de bambous pour les chasser hors des champs. Par jeu, les jeunes 5 et 6ème dan se préparèrent au combat. Les jeunes travailleurs armés de bâtons de morceaux de bambous approchaient par le haut.
Cependant, au dernier moment, les deux groupes de jeunes opposants furent surpris par une apparition! Le maître, qui se trouvait 500 mètres en avant, était immédiatement revenu pour s’interposer, agenouillé mains au sol, entre les deux groupes prêts à se battre. Il s’adressa aux fermiers la tête baissée. “Messieurs, j’implore votre pardon. Ce sont mes enfants qui se sont perdus en chemin parce que je montais trop vite”. Il s’excusa très cérémonieusement.
_________________
Morihei Ueshiba nous demande dans le livre "Enseignement Secret" de laisser la fleur de l'aikido s'épanouir dans le monde entier
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 7 Déc - 17:21 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
david
ROKKYU
ROKKYU

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2008
Messages: 102
Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: Mer 8 Déc - 15:39 (2010)    Sujet du message: anecdote Répondre en citant

La vie de Ô Senseï Ueshiba (Cf. Les arts martiaux ou l'esprit des Budô de Michel Random)L'éveil d'un sixième sens et le cœur de l'Univers.
C'est durant ce voyage que se passe le fameux épisode de Ueshiba, tout à coup menacé de mort par un ennemi le visant d'un revolver à six mètres de lui. Brusquement, l'homme fut assailli par Ueshiba et désarmé. Quand on lui demanda plus tard comment il avait réalisé un tel exploit, Ueshiba aurait répondu : il existe un temps très long entre le moment où un homme décide d'appuyer sur la gâchette et le moment où il le fait effectivement. Cet événement prouve que dès lors il possédait la faculté de percevoir les pensées et les mouvements de l'adversaire. Ce sixième sens que seuls quelques grands maîtres parviennent réellement à obtenir va presque toujours de pair avec une profonde expérience intérieure, qu'il est difficile de nommer. Il semble que durant un temps peut-être infinitésimal le voile qui sépare le monde de la perception normale de celui de la réalité profonde cesse tout à coup d'exister. Et cette réalité indicible opère en l'être une mutation définitive. Le témoignage suivant du maître lui-même pourrait s'ajouter à nombre d'autres récits d'expériences analogues laissant pressentir derrière les apparences une fabuleuse réalité seconde. Cet événement eut lieu un jour du printemps 1925 (à l'âge de 42 ans), alors que le Maître se promenait dans son jardin... Se trouvant près d'un arbre de kakis, il lui fut tout à coup impossible d'avancer ou de s'asseoir. Une chaleur intense, faisant abondamment transpirer son visage, l'envahit. « J'eus la sensation, dit le Maître, que l'Univers tremblait soudainement et qu'une énergie spirituelle couleur d'or, s'élevant de la terre, entourait d'un voile mon corps, le transformant en un corps d'or. A ce même instant, mon esprit et mon corps devinrent lumineux. Je pouvais comprendre le babillement des oiseaux et j'eus la claire conscience de la pensée de Dieu, le créateur de l'Univers. A cet instant, je fus éclairé. Je compris que la source des Budô est l'amour de Dieu, l'esprit de l'amoureuse protection de tous les êtres. Des larmes de joie sans fin coulèrent sur mes joues. Depuis lors, j'ai compris que la terre tout entière est ma maison, que le soleil, la lune et les étoiles sont toutes des choses miennes. Je fus libéré de tout désir, non seulement pour ma situation, la renommée ou la prospérité, mais aussi d'être fort. Je compris que le Budô ne consiste pas à faire tomber l'adversaire par la force, qu'il n'est pas non plus un instrument pour porter le monde à sa destruction par les armes : le pur esprit du Budô consiste à accepter l'esprit de l'Univers, à répandre la paix dans le monde, à parler correctement, à protéger et à honorer tous les êtres de la nature. Je compris que l'exercice du Budô c'est accepter l'amour de Dieu qui, entendu dans son sens vrai, protège et cultive toutes les choses de la nature, et qu'il convient de l'employer et de l'assimiler dans notre esprit et notre corps. » Le Maître dira encore que « la voie du Budô est de faire du cœur de l'Univers son propre cœur ». Durant l'été 1927, le Maître quitta la montagne d'Ayabe avec sa famille et alla habiter Tôkyô . Une puissante renommée le précède, et quantité de grands noms et de personnalités célèbres se pressent chez lui pour obtenir la faveur de son enseignement. Le maître forma un groupe de 30 à 40 élèves qui pour la plupart étaient déjà maîtres de Jûdo et de Kendo. Le dôjô du maître, nommé Kobukan, devint le centre d'un entraînement extraordinaire. L'intensité du travail, qui se poursuivrait parfois jour et nuit, forma des hommes d'une force et d'un caractère exceptionnels. L'un d'eux, Shirata Rinjirô, fut un jour provoqué à se mesurer en combat singulier par deux forts en bras. Shirata refusa, soulignant que l'essence même de l'Aïkidô est le non combattre. Se voyant toutefois attaqué malgré son refus, Shirata projeta son adversaire, le maîtrisa d'une main et lui dit avec humour : « Tu vois, peux tu résister au monde de la non-résistance ? » D'innombrables anecdotes du même genre illustrent l'incrédulité de puissants personnages, champions de lutte, sumotori, boxeurs, etc., pour qui il était inconcevable qu'un homme aussi frêle et mince que le Maître ne puisse être soudainement pulvérisé devant eux. C'est toujours le contraire qui survenait inévitablement : avant même que le coup qu'ils tentaient de porter ait fini sa trajectoire, ils se trouvaient tous immanquablement projetés par une force incontrôlable. Le secret de cette puissance, en regard de ce que dit le Maître, paraît inconcevable à l'esprit. Et pourtant cette force, utilisée sans force précisément, n'est autre que l'énergie de l'Univers. « Les mouvements de l'Aïkidô, dit le Maître, sont les mouvements de la nature, dont le secret est profond et infini. » Réaliser fût-ce une parcelle de ce secret, c'est comprendre intimement que l'homme est lui-même l'expression de cet Univers. Réaliser l'identité de soi et de l'Univers, telle est donc l'expérience fondamentale à partir de laquelle tout peut commencer. De ce point de vue, l'adversaire n'est encore une fois qu'un prétexte, une sorte d'hallucination. Toute résistance n'est qu'apparente, toute difficulté n'est là que pour être pénétrée et traversée comme l'énergie universelle traverse, unifie et métamorphose toutes choses. Cette énergie existe réellement, elle est souffle et mouvement, elle est temps et devenir, elle peut apparaître sous des formes innommables, mais ne peut être réellement captée, mise au service de soi-même que si l'intention est pure. Au lieu d'un sabre, dit encore Ueshiba Morihei, l'Aïkidô est un moyen pour balayer les démons avec la sincérité de notre respiration, c'est-à-dire de transformer le monde ; l'esprit démoniaque en un monde de l’esprit. Et encore : « L'esprit de l'Aïkidô et celui d'une attaque amoureuse et d'une conciliation pacifique. » Seule une pratique et un engagement presque total de soi-même permettent de réaliser le sens complet de ces paroles. La plus grande efficacité étant atteinte dans une sorte de sommet où le non vouloir est devenu puissant. Il est clair en effet que l'être libéré des tensions intérieures (peurs, angoisses, passions, etc.) devient à la fois centre et passage d'une énergie fondamentale — et que dès lors cette énergie s'exprime avec des formes innombrables, dont la projection de l'adversaire n'est en fin de compte qu'une expression parmi tant d'autres. Ainsi, tout maître réel sait restituer le calme intérieur, guérir le corps, prévenir certaines maladies, agir sur la totalité du corps et de l'esprit et les harmoniser. En 1938, maître Ueshiba installa un dôjô et un temple shinto à Iwama (à 150 kilomètres 1. nord de Tôkyô) et commença à enseigner l'Aïkidô. Ceux qui avaient la chance d'être adnis parmi ses élèves cultivaient la terre : servaient le maître avec un dévouement absolu. Les plus grands maîtres d'arts martiaux du Japon se rendirent à Iwama. Parmi ceux-ci, maître Jigoro Kano, fondateur du Jûdo, qui envoya par la suite à maître Ueshiba nombre de ses élèves. Etre admis dans le dôjô en tant que simple spectateur était déjà un privilège considérable. Toute distraction intérieure ou toute attitude non conforme avec esprit du dôjô était immédiatement perçue ar le maître qui suspendait la séance et faisait sortir le visiteur. Cette sorte de vie continua jusqu'à la fin de la dernière guerre. A ce moment, les Américains interdirent toutes formes d'enseignement des arts martiaux. L'Aïkidô s'organisa sur de nouvelles bases : en 1948 s'ouvrit l'Aïkikai de Tôkyô. Dès lors, l'Aïkidô allait progressivement prendre une extension mondiale. Le 26 avril 1969, le maître Ueshiba Morihei mourut à Tôkyô au terme d'une longue maladie, âgé de 86 ans. L'Aïkidô qu'enseignait le Maître Ueshiba était l'Aïkidô sans forme, une expression du vide. « L'Aïkidô, disait-il, n'est pas ce qui se traduit par des mouvements, mais ce qui se situe bien avant la naissance de la forme, car l'Aïkidô fait partie du monde psychique du vide. »
_________________
Morihei Ueshiba nous demande dans le livre "Enseignement Secret" de laisser la fleur de l'aikido s'épanouir dans le monde entier
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marquis d'Anaon
SENPAÏ
SENPAÏ

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2008
Messages: 332
Localisation: pays des âmes en peine

MessagePosté le: Mer 8 Déc - 22:12 (2010)    Sujet du message: anecdote Répondre en citant

Je serais tenté de dire : "Mouais ? Et toi, qu'est-ce que tu en penses ?". Sinon, je ne vois pas l'intérêt de recopier des suites de citations sorties de leurs contextes sans nous expliquer pourquoi tu as choisis celles-ci en particulier...


 
_________________
Il y a ceux qui regardent le doigt et ceux qui regardent la Lune. Toi, que regardes-tu ?
Revenir en haut
Marquis d'Anaon
SENPAÏ
SENPAÏ

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2008
Messages: 332
Localisation: pays des âmes en peine

MessagePosté le: Mer 8 Déc - 22:13 (2010)    Sujet du message: anecdote Répondre en citant

... Et surtout, il est toujours dangereux de sortir les citations de leurs contextes.
_________________
Il y a ceux qui regardent le doigt et ceux qui regardent la Lune. Toi, que regardes-tu ?
Revenir en haut
david
ROKKYU
ROKKYU

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2008
Messages: 102
Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 10:56 (2010)    Sujet du message: anecdote Répondre en citant

Marquis d'Anaon a écrit:
Je serais tenté de dire :  Et toi, qu'est-ce que tu en penses ?". Sinon, je ne vois pas l'intérêt de recopier des suites de citations sorties de leurs contextes sans nous expliquer pourquoi tu as choisis celles-ci en particulier...



Ce que je pense n'a pas grand interet aujourd'hui marquis !!! mais je te reconnais bien la a chercher une ouverture,

Pourquoi ne pas laisser faire et ne pas absolument vouloir diriger les choses ? Comme pour une technique d'aikido tu sais !

Je l'avais deja cité sur le forum , si je met des copier coller c'est aussi pour agrémenter et faire vivre le forum et aussi pour le plaisir de chacuns car je trouves que nous sommes pas tres nombreux ici...

Mais bon si à l'avenir j'ai encore le sentiment de te déranger avec ma façon d'etre et de faire, je m'éffaçerai de se forum afin que tu puisses etre en paix. 
_________________
Morihei Ueshiba nous demande dans le livre "Enseignement Secret" de laisser la fleur de l'aikido s'épanouir dans le monde entier
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Marquis d'Anaon
SENPAÏ
SENPAÏ

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2008
Messages: 332
Localisation: pays des âmes en peine

MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 13:55 (2010)    Sujet du message: anecdote Répondre en citant

J'aimerais que tu ne te méprennes pas. D'abord parce que copier-coller, sans explication de ta démarche, ce n'est pas participer, contrairement à ce que tu penses, pas plus qu'une citation ne peut être considérée comme une réponse à une question. Ensuite, malgré tout, ce que tu penses  dans un forum de discussion a de l'intérêt pour ceux qui te lisent. Car discussion, signifie échange et échange, réciprocité. Tu sais, comme en aîkido. C'est l'échange de techniques qui fait grandir la pratique et le pratiquant. 
Néanmoins, participer, c'est s'engager et aussi prendre le risque d'être contredit; tout comme en aikido, attaquer, c'est prendre le risque de se voir appliquer une technique. 
Il est possible de discuter longtemps pour savoir si faire de l'aîkido, c'est appliquer sur l'autre des technique ou si, plus subtilement, c'est apprendre à ne pas craindre que l'on applique sur nous des techniques.
Tu n'es pas sans savoir que participer à un club, ce n'est pas juste venir au cours. C'est aussi mettre les tapis, les enlever à la fin du cours, accueillir les nouveaux venus, les accompagner dans leur développement, développer du lien humain sur et hors du tapis...etc... Et même faire tout cela ne suffit pas, il faut aussi le faire de façon juste.


Quant au copier-coller que je semble te reprocher...
Apporter des informations intéressantes est une démarche constructive, ce que tu fais volontiers. Cependant un lien vers les "endroits" où tu as trouvé ces informations seraient mieux, et pour les auteurs et pour nous, lecteurs qui pourrions ainsi lire d'autres informations et voir ce que font les autres. De plus, un petit mot personnel de ta part pour expliquer ta démarche serait pris comme une grande marque de respect pour le forum et ses lecteurs. Cela peut se faire sans pour autant donner ton avis. Car il est respectable que tu puisses avoir envie de ne pas partager avec autrui le fruit de tes réflexions.


En tant que modérateur je dirais :
Tout comme l'élève qui en lieu et place d'une dissertation n'a fait que recopier des extraits d'ouvrages, il ne fait pas s'étonner que le copier-coller soit sanctionner par une mauvaise note.


Peut-être que l'administrateur s'exprimera sur le caractère "répréhensible" du "pillage" de documents (textes et photos). Je sais que ce type de comportement se retrouve facilement sur internet, mais ce n'est pas une raison pour le cautionner. Ainsi, essayons d'être exemplaire en évitant de copier les travers des autres. Tout comme nous n'aimerions pas que des documents (texte, photo et video) dont nous sommes les auteurs soient utilisés sans notre autorisation, ne "pillons" pas les documents que nous voyons sur le web.
_________________
Il y a ceux qui regardent le doigt et ceux qui regardent la Lune. Toi, que regardes-tu ?
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:46 (2017)    Sujet du message: anecdote

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aikido de Senlis Index du Forum -> Culture -> Le Bar Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Top 10 | Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com